L’agriculture de demain.

Comment être hyper réactif pour répondre de la meilleure manière au problème posé par l’environnement (sécheresse, saison décalée, premières gelées…) et aux pressions économiques, sociales… actuelles ?
Damien Chartier 

L’agriculture d’hier est-elle malade ?

Passer des heures dans le champ avec une faux, se contenter d’une production pour satisfaire ses propres besoins voir ceux du village… voilà comment se passait l’agriculture il y a quelque temps. Mais, la mondialisation a frappé : agriculture spécialisée, surface agricole gigantesque, mécanisation, commercialisation des produits via des bourses internationales, production au top et de qualité…Ca, c’est aujourd’hui !  

Mais comment être hyper productif ? Dans le même temps, il faudrait être sur une parcelle, traire les vaches, vendre ses légumes au meilleur prix, traiter les factures… En plus, comment optimiser sa production en fonction des variations climatiques de plus en plus inhabituelles ?

L’agriculteur se confronte à de nombreuses pressions, auxquelles il doit faire face s’il veut rester dans la course.

Le numérique : un médicament en pleine expansion pour l’agriculture.

Aujourd’hui et depuis quelques années, le numérique et Internet est une réponse pour aider les agriculteurs dans leur travail.

En effet, face à l’explosion des smartphones,  Iphone… et le développement du haut débit dans les campagnes ont fait naître toute une gamme de produit pour aider l’agriculteur. L’aider dans sa gestion (des exploitations, bétails…) en temps réel et à moyen terme, l’aider dans le marché économique, dans les démarches administratives. L’agriculteur est aujourd’hui appelé un « agrinaute ». Internet est devenu indispensable comme son tracteur. Consulter la météo, les cours, se mettre en contact avec les fournisseurs… Internet devient plus qu’utile.

Cela passe par l’inscription et la consultation des réseaux sociaux spécifiques pour partager entre agriculteurs, demander des conseils, se faire connaître, trouver des solutions, faire évoluer des idées… Il est à noter qu’un tiers des agriculteurs utilisent les réseaux sociaux  d’après une enquête de NTIC  AGRI CONSEIL – IDDEM 2010.

Mais il se développe aussi des logiciels installés sur ordinateur et/ou GPS et/ou téléphone portable. Ce sont généralement de « simples » applications se servant d’Internet. Nous pouvons citer BASF (calcule de l’apport d’azote nécessaire à partir d’une photo de la parcelle, application sur Iphone), Isagri (multiples logiciels de gestion de culture, d’élevage, de viticulture… permettant une automatisation et un suivi du travail tout en étant mobile), Farmstar (logiciel d’aide à la décision utilisant Internet et cartographie par satellite, développé dans un prochain article)… et bien d’autres.

L’agriculteur se voit alors doté d’un aide agriculteur un peu particulier mais qui lui permet de gagner en efficacité, qualité, temps…L’agriculteur allège et améliore son temps de travail tout en optimisant sa production.

Mais encore faudrait-il que tous les milieux ruraux aient un accès Internet jusqu’à la plus petite exploitation dans la campagne profonde…

L’accessibilité numérique des exploitations.

Est-ce aussi facile d’avoir Internet comme collègue de travail pour traire ses vaches ou labourer son champ ? Encore faut-il avoir un accès et être équipé en matériel.

La couverture du territoire, fin septembre 2005, était relativement bien couverte en ADSL : 69 départements couverts à + de 90% (France Telecom). Le seul problème se situe en général dans les campagnes, moins il y a de monde, plus il est difficile d’avoir un bon accès Internet. Le territoire est bien couvert mais le territoire agricole l’est sûrement moins. Mais au fur et à mesure des années, d’autres techniques plus appropriées se développent et l’optimisation du réseau permet aux plus isolés de les rapprocher des autres.

Au niveau du matériel, il est intéressant de se pencher sur l’équipement des agriculteurs pour recevoir et utiliser l’information. D’après une enquête de l’Insee, 70% des agriculteurs utilisaient Internet en 2010. Il est à noter que ce chiffre ne fait qu’augmenter depuis 2003.

Concernant l’accès Internet mobile, en 2009, 36% des agriculteurs étaient équipés en Smartphone/Iphone…

Les agriculteurs deviennent bien des « agrinautes » et pourront peut être, être comparé aux chefs d’entreprises si l’évolution continue telle qu’elle l’est depuis quelques années.

L’agriculture du futur

La e – agriculture va aller jusqu’où comme ça ? On parle déjà de « vaches wi – fiées ». Eh oui, des vaches avec une carte réseau autour du coup relié au serveur de l’agriculteur. Ainsi il n’existera plus de barrière pour délimiter la zone où pourra paître le bétail. Dès que la vache sortira de la limite un signal sera transmis à la vache (léger électrochoc, sifflement de serpent, aboiement du chien…).
A quand l’agriculture complètement automatisée ? Peut-être qu’un jour le métier d’agriculteur, berger, viticulteur… ne demandera qu’à rester derrière son ordinateur toute la journée ?

Publicités
Tagué , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :